Here’s a great way to visualize the huge potential of forest conservation and restoration as ‘natural climate solutions’

first_img Popular in the CommunitySponsoredSponsoredOrangutan found tortured and decapitated prompts Indonesia probeEMGIES17 Jan, 2018We will never know the full extent of what this poor Orangutan went through before he died, the same must be done to this evil perpetrator(s) they don’t deserve the air that they breathe this has truly upset me and I wonder for the future for these wonderful creatures. So called ‘Mankind’ has a lot to answer for we are the only ones ruining this world I prefer animals to humans any day of the week.What makes community ecotourism succeed? In Madagascar, location, location, locationScissors1dOther countries should also learn and try to incorporateWhy you should care about the current wave of mass extinctions (commentary)Processor1 DecAfter all, there is no infinite anything in the whole galaxy!Infinite stupidity, right here on earth.The wildlife trade threatens people and animals alike (commentary)Anchor3dUnfortunately I feel The Chinese have no compassion for any living animal. They are a cruel country that as we knowneatbeverything that moves and do not humanily kill these poor animals and insects. They have no health and safety on their markets and they then contract these diseases. Maybe its karma maybe they should look at the way they live and stop using animals for all there so called remedies. DisgustingConservationists welcome China’s wildlife trade banThobolo27 JanChina has consistently been the worlds worst, “ Face of Evil “ in regards our planets flora and fauna survival. In some ways, this is nature trying to fight back. This ban is great, but the rest of the world just cannot allow it to be temporary, because history has demonstrated that once this coronavirus passes, they will in all likelihood, simply revert to been the planets worst Ecco Terrorists. Let’s simply not allow this to happen! How and why they have been able to degrade this planets iconic species, rape the planets rivers, oceans and forests, with apparent impunity, is just mind boggling! Please no more.Probing rural poachers in Africa: Why do they poach?Carrot3dOne day I feel like animals will be more scarce, and I agree with one of my friends, they said that poaching will take over the world, but I also hope notUpset about Amazon fires last year? Focus on deforestation this year (commentary)Bullhorn4dLies and more leisSponsoredSponsoredCoke is again the biggest culprit behind plastic waste in the PhilippinesGrapes7 NovOnce again the article blames companies for the actions of individuals. It is individuals that buy these products, it is individuals that dispose of them improperly. If we want to change it, we have to change, not just create bad guys to blame.Brazilian response to Bolsonaro policies and Amazon fires growsCar4 SepThank you for this excellent report. I feel overwhelmed by the ecocidal intent of the Bolsonaro government in the name of ‘developing’ their ‘God-given’ resources.U.S. allocates first of $30M in grants for forest conservation in SumatraPlanet4dcarrot hella thick ;)Melting Arctic sea ice may be altering winds, weather at equator: studyleftylarry30 JanThe Arctic sea ice seems to be recovering this winter as per the last 10-12 years, good news.Malaysia has the world’s highest deforestation rate, reveals Google forest mapBone27 Sep, 2018Who you’re trying to fool with selective data revelation?You can’t hide the truth if you show historical deforestation for all countries, especially in Europe from 1800s to this day. WorldBank has a good wholesome data on this.Mass tree planting along India’s Cauvery River has scientists worriedSurendra Nekkanti23 JanHi Mongabay. Good effort trying to be objective in this article. I would like to give a constructive feedback which could help in clearing things up.1. It is mentioned that planting trees in village common lands will have negative affects socially and ecologically. There is no need to even have to agree or disagree with it, because, you also mentioned the fact that Cauvery Calling aims to plant trees only in the private lands of the farmers. So, plantation in the common lands doesn’t come into the picture.2.I don’t see that the ecologists are totally against this project, but just they they have some concerns, mainly in terms of what species of trees will be planted. And because there was no direct communication between the ecologists and Isha Foundation, it was not possible for them to address the concerns. As you seem to have spoken with an Isha spokesperson, if you could connect the concerned parties, it would be great, because I see that the ecologists are genuinely interested in making sure things are done the right way.May we all come together and make things happen.Rare Amazon bush dogs caught on camera in BoliviaCarrot1 Feba very good iniciative to be fallowed by the ranchers all overSponsored Recent research found that 20 different “natural climate solutions” have the potential to reduce global greenhouse gas emissions by as much as 23.8 billion metric tons every year — and that nearly half of that potential, or some 11.3 billion metric tons of emissions, represent what the study’s authors call “cost-effective climate mitigation.”The World Resources Institute’s Susan Minnemeyer, a co-author of the study, noted in a blog post that halting deforestation, restoring forests that have already been logged or degraded, and improving forest management could cost-effectively remove seven billion metric tons of carbon dioxide from Earth’s atmosphere every year, which is equivalent to the annual emissions generated by 1.5 billion cars.This study joins a growing body of research that demonstrates just how crucial forests will be to our efforts to halt global warming. Recent research found that 20 different “natural climate solutions” have the potential to reduce global greenhouse gas emissions by as much as 23.8 billion metric tons every year — and that nearly half of that potential, or some 11.3 billion metric tons of emissions, represent what the study’s authors call “cost-effective climate mitigation.”The researchers behind the study defined “cost-effective” as including those relatively low-cost natural climate solutions that require less than $100 per ton of carbon dioxide emissions reduction per year. As Susan Minnemeyer, a mapping and data manager for the World Resources Institute (WRI) who co-authored the study, and colleagues point out, forest conservation and restoration, especially in the tropics, are a major component of these cost-effective climate mitigation strategies.It can be hard to visualize exactly how big of an impact a billions-of-tons-of-emissions reduction will actually make, but Minnemeyer and the other co-authors of a blog post on WRI’s website make it pretty easy. They note that halting deforestation, restoring forests that have already been logged or degraded, and improving forest management could cost-effectively remove seven billion metric tons of carbon dioxide from Earth’s atmosphere every year, which is equivalent to the annual emissions generated by 1.5 billion cars. That’s far more than the number of cars currently on the road around the world — according to the World Economic Forum, there won’t be 1.5 billion cars in the world until 2025.Stopping deforestation alone could lead to about 40 percent of the total emissions reductions achievable through low-cost, natural mitigation strategies. “Protecting forests also offers the greatest potential to mitigate climate change based on land area. Brazil and Indonesia together contribute more than 50 percent of carbon emissions from tree cover loss across the tropics, and thus offer the greatest mitigation opportunity for avoided deforestation,” Minnemeyer and colleagues write.Tree nursery for a reforestation project in India. Photo by Rhett Butler.Forest restoration could also offer huge climate mitigation benefits, they add, but these efforts would have to be carefully balanced with the growing demand for food: “According to the study, 42 percent of the total emissions reductions that could be achieved from reforestation depend on reducing pasture land, including by reforesting all grazing land in forested ecoregions. This scenario may be difficult to fully realize given the growing demand for food, including a projected 95 percent increase in beef demand between 2006 and 2050. Instead, we will need to find ways to increase productivity on pasture lands to concentrate food production on a smaller amount of land and free up land for restoration.”This study joins a growing body of research that demonstrates just how crucial forests will be to our efforts to halt global warming. For instance, a suite of research released on the eve of the annual United Nations climate conference that kicked off in Bonn, Germany on November 6 showed just how important forests will be to meeting the goals of the Paris Climate Agreement. Included was a report by the Woods Hole Research Center that suggests that aggressive action to protect and rehabilitate tropical forests could buy us more time to decarbonize the global economy, a necessary transition if we’re to meet the Paris Agreement’s target of keeping global warming in this century “well below” two degrees Celsius above pre-industrial averages.Deforestation is directly responsible for about 10 percent of global emissions, but of course that doesn’t tell the whole climate-and-forests story: the destruction of a forest also represents the removal of a valuable carbon sink. A study published in September found that deforestation and forest degradation and disturbance in the tropical forests of Africa, the Americas, and Asia have caused those forests to now emit more carbon into the atmosphere than they sequester on an annual basis.Meanwhile, a study released back in March found that forests play a more critical role in cooling surface temperatures in almost all regions of Earth than was previously understood. Kaiguang Zhao, an assistant professor of environment modeling and spatial analysis at The Ohio State University and a co-author of that study, said that this finding “really affirms the value of forest conservation and protection policies in the fight against climate change.”Reforestation project in Malaysian Borneo using native species. Photo by Rhett Butler.CITATIONSBaccini, A., Walker, W., Farina, M., Houghton, R., Carvalho, L., & Sulla-Menashe, D. (2017). Tropical forests are a net carbon source based on aboveground measurements of gain and loss. Science. doi:10.1126/science.aam5962Bright, R. M., Davin, E., O’Halloran, T., Pongratz, J., Zhao, K., & Cescatti, A. (2017). Local temperature response to land cover and management change driven by non-radiative processes. Nature Climate Change. doi:10.1038/NCLIMATE3250Griscom, B. W. et al. (2017). Natural Climate Solutions. PNAS 114 (44): 11645–50. doi:10.1073/pnas.1710465114Houghton, R. A., Birdsey, R. A., Nassikas, A., & McGlinchey, D. (2017). Forests and Land Use: Undervalued Assets for Global Climate Stabilization: Why protecting and restoring forests and promoting sustainable agriculture and land use is more important than ever for the future of our planet. Woods Hole Research Center.Follow Mike Gaworecki on Twitter: @mikeg2001 Carbon Emissions, Carbon Sequestration, Climate Change, Climate Change And Forests, Climate Change Policy, Deforestation, Environment, Forest Carbon, Forests, Global Warming, Global Warming Mitigation, Mitigation, Rainforest Deforestation, Rainforest Destruction, Rainforests, Redd, Reforestation, Research, Soil Carbon, Tropical Deforestation, Tropical Forests center_img Article published by Mike Gaworeckilast_img read more

Ligue des champions : un F91 bien trop naïf

first_imgTrès bien parti à la pause contre La Valletta au premier tour de la Ligue des champions, ce nouveau F91 s’est compliqué la tâche en seconde, en perdant le fil mardi soir au stade Josy-Barthel (2-2). L’âge, la routine, ça ne se négocie pas. C’est ce qui fait la différence entre gagner tranquillement 2-0 et faire match nul 2-2 en se disant qu’il y avait la place pour faire bien mieux. L’immaturité frappe le F91 à l’âge canonique de 28 ans. Pourvu qu’il s’en relève et se qualifie pour le 2e tour… Immaturité Foi de suiveurs dudelangeois : La Valletta, c’est moins fort. Peut-être. Mais c’est aussi ce genre d’opposition très abordable qu’on récolte en étant tête de série. Du plus «léger». Il fallait bien que la précédente génération laisse autre chose qu’un héritage impossible à gérer. Un coefficient UEFA propice à se faire plaisir, c’était la moindre des choses. Parce que cette équipe qui nous est presque totalement inconnue est rentrée sur le Eye of the Tiger, genre outsider qui reçoit sa première chance dans le grand monde. À la limite, pourquoi pas, puisque ce n’est plus le même F91 mais sa version à la fois moins aboutie et aussi plus fraîche. Sauf que quand il faut tout reconstruire, de A à Z, avec beaucoup de jeunes notamment, il faut s’attendre à tout. Kevin Malget, ancien de la maison aujourd’hui à Virton, avait d’ailleurs tiré gentiment la sonnette d’alarme après un amical entre sa nouvelle équipe et l’ancienne, au stade Josy-Barthel, la semaine dernière : «Ils ont l’air d’avoir du mal à gérer leurs temps faibles mais vu tous les changements, c’est assez normal.» Oui c’est normal, mais c’est gênant. Julien Mollereau Non, il reste une sacrée marge à ce F91 en train de naître et qui est visiblement d’une naïveté affligeante. Mario Pokar a sous-entendu au coup de sifflet final qu’il avait l’impression de jouer dans «une équipe U19». C’est sûr que cela doit lui changer. La saison passée, il était parfois aux côtés de Stelvio Cruz ou de Clément Couturier, ses passes partaient (et arrivaient) vers Dave Turpel. Partager Saletés de «temps faibles» À quelques minutes du coup d’envoi, Flavio Becca, plus là officiellement mais quand même furieusement présent, fait la grimace : «Mais il n’y a personne dans le stade.» Lui qui avait laissé la précédente version du F91 (en version européenne) mi-décembre contre le Betis Séville dans un stade chauffé à blanc par le match nul (0-0) arraché au club andalou, a pu constater qu’on ne peut être et avoir été. Tout s’oublie, surtout les exploits accomplis par d’autres. Il s’agit bien toujours du F91, mais d’une équipe totalement différente. Et qui pourtant, semblait à la pause partie pour faire déjà mieux que sa devancière, incapable à l’époque de passer le 1er tour de la Ligue des champions, les héros de 2018 butant sur Mol Vidi au même stade. C’est l’option fraîcheur qu’on a vue en première période. Avec un FC La Valletta malmené et mené tout court après sept tirs cadrés sur huit tentatives dudelangeoises et des petites fulgurances offensives qui devaient surtout à ce qu’il reste de la vieille garde (notamment Stolz et Pokar). C’est l’option moins aboutie qu’on a vue en deuxième période. Celle qui a lâché progressivement, abandonnant l’entrejeu aux Maltais et se laissant surprendre sur deux phases arrêtées, infoutue d’enrayer l’inexorable remontée de Maltais franchement pas impressionnants et qui, même s’ils seront qualifiés au coup d’envoi du match retour, ne font pas assez rêver pour se dire que c’est perdu.last_img read more

PSG : situation clarifiée pour Neymar qui a fait profil bas

first_imgLa réconciliation avec les supporters est encore loin, mais la rédemption a commencé : Neymar, en faisant profil bas contre Strasbourg samedi (1-0) et en s’expliquant sur ses envies estivales de départ, a clarifié sa situation et permis au Paris SG de repartir sur de bonnes bases.En une après-midi au Parc des Princes, le Brésilien a déjà accompli une bonne part du travail d’apaisement dans ses relations avec les fans et avec le club. Sportivement, il a prouvé qu’il avait toujours envie. Que, malgré de nombreuses maladresses, son talent ne s’était pas volatilisé le temps d’un mercato à rebondissements. A l’image de son but en retourné acrobatique absolument fou.Sur le plan du comportement, le “Ney” a également convaincu : il a répondu aux insultes des ultras par le jeu et non la provocation, s’est décarcassé jusqu’au bout malgré la fatigue due à un rassemblement en sélection de l’autre côté de l’Atlantique, et a même montré quelques signaux collectifs positifs. Le voir aller rapidement au chevet d’un Eric Maxim Choupo-Moting blessé ou pointer du doigt Angel Di Maria pour le remercier de sa passe décisive sur un but finalement annulé, c’est assez rare pour être signalé. Le voir taper dans les mains de Thomas Tuchel, sourire aux lèvres, en fin de rencontre, c’est même carrément rassurant. Partager “Il est temps de tourner la page”Surtout, Neymar a enfin pris la parole directement pour faire table rase du passé, revenir sur l’interminable été des transferts et faire le point sur sa situation. Partir, “c’est ce que je voulais”, mais “il est temps de tourner la page. Aujourd’hui, je suis un joueur du Paris Saint-Germain, je donnerai tout sur le terrain”, a-t-il lancé dans une zone mixte complètement médusée de le voir ainsi débarquer, ce qu’il ne fait jamais, pour s’exprimer lui-même. Et non via son entourage ou par le biais de son père et agent Neymar Senior, dont les régulières déclarations fracassantes ont eu don d’agacer le club et les fans ces derniers jours.Cela suffira-t-il à calmer la tribune Auteuil, celle du Collectif Ultras Paris, le groupe le plus important du club ? Pas certain, au vu des insultes, des banderoles et des chants de samedi. Mais si celle-ci avait promis l’enfer pour le retour du Brésilien dans le stade parisien, elle avait aussi indiqué “prôner l’indifférence” dès ce dimanche et pour les prochaines rencontres, pour “ne pas pénaliser l’équipe pour un seul joueur”.“Qu’ils soient derrière le PSG”C’est d’ailleurs dans le même sens qu’est allé le crack acheté 222 millions d’euros il y a deux ans : “S’ils veulent me siffler, il n’y a pas de problème. Je n’ai pas besoin que tout le monde crie mon nom, je veux juste qu’ils soient derrière le PSG (…) Quand le public est derrière l’équipe, ensemble on est plus forts.” Il faudra patienter dix jours pour revoir le meneur de la Seleçao sur la pelouse parisienne, et mesurer l’effet de sa première sortie sous le maillot rouge et bleu depuis quatre mois : le Brésilien est en effet suspendu pour l’entrée en lice du PSG en Ligue des champions, contre le Real Madrid mercredi.Mais on observera peut-être déjà les effets de la détente en interne ces prochains jours. Thomas Tuchel ne l’a pas caché : il est soulagé que le dossier soit enfin clarifié. “Je ne sais pas si on a perdu du temps, mais c’était un grand sujet, (qui nécessitait) de parler, de réfléchir en permanence. Je suis très content car maintenant, c’est fini. Toutes les choses sont décidées”, a soufflé l’Allemand samedi soir.Le technicien l’avait maintes fois martelé, le retour de son n°10 était “nécessaire”. Il semble avoir fait le bon choix en accélérant ses retrouvailles, aussi amères furent-elles, avec le Parc. Car désormais, Paris peut regarder vers l’avant.LQ/AFPlast_img read more

Le Luxembourg accueille la crème du judo ce week-end

first_img Partager Pour la première fois, le Luxembourg accueille une énorme compétition internationale de judo, samedi et dimanche à la Coque.À partir de samedi, c’est à la Coque que se déroule l’European Judo Open, appelé autrefois Coupe du monde : «Je crois que le dernier évènement d’importance de judo organisé au Luxembourg était un championnat d’Europe cadets au début des années 60», évoque Tom Schmit, l’un des responsables du tournoi.Un tel évènement au Grand-Duché a été possible grâce à un concours de circonstances. Des pièces du puzzle qui se sont bien imbriquées. Tom Schmit résume : «Nous avons postulé pour organiser, l’année prochaine, les championnats d’Europe juniors. On était en concurrence avec le Portugal et nous l’avons emporté.» La Coque fait belle impressionIl faut dire que la Coque a fait son petit effet auprès du représentant de l’Union européenne de judo quand il est venu sur place : «Quand il a vu les installations de la Coque, les possibilités d’hébergement avec les hôtels, il a été convaincu.» Du coup, c’est bien le Luxembourg qui accueillera du 3 au 6 septembre 2020 cet évènement d’importance.Mais comment passe-t-on de l’organisation de championnats d’Europe juniors à celle d’un Continental Open? Il faut savoir qu’il existe trois catégories de tournois, à savoir, dans l’ordre d’importance, les Grand Slam, les Grands Prix et les Continental Open autrefois appelés Coupe du monde. Tous ces tournois octroient un certain nombre de points pour le classement mondial et pour la qualification olympique. Un pays ne peut organiser, par an, qu’un seul tournoi donnant des points.Pour le Luxembourg, qui travaille en étroite collaboration avec l’Allemagne et la France, dans le cadre d’une coopération interrégionale, tout a commencé quand il a hérité de l’organisation d’une Coupe d’Europe, le niveau en dessous d’une Coupe du monde : «Cela faisait trois ans que c’était à Sarrebruck et qu’on participait à l’organisation, on a demandé et obtenu de pouvoir l’organiser au Luxembourg.»D’une Coupe d’Europe à une Coupe du mondeInitialement, donc, le Grand-Duché devait accueillir au mois de juillet 2019, une Coupe d’Europe. D’ailleurs, tout avait été prévu, les hôtels étaient réservés…Mais en plein mois de février, changement de programme : «J’étais en vacances au ski quand on m’a informé qu’on allait organiser un Continental Open.» En effet, la compétition devait initialement se tenir à Belgrade. Mais la Serbie, en guerre ouverte avec le Kosovo, avait refuser d’accueillir les représentants de ce pays. Dans ce cas, les règles de l’UEJ sont très claires : un pays doit accepter tous les autres sous peine de se voir retirer l’organisation de l’évènement.Évidemment, à un an des Jeux, voir une compétition aussi importante annulée, ça fait mauvais genre. Et la fédération internationale a mis la pression pour qu’une solution soit trouvée rapidement. Et comme le représentant de l’UEJ avait été très impressionné par les installations luxembourgeoises, la Coque s’est imposée d’elle-même : «Au début, on avait refusé. C’est une tout autre organisation, ça demandait des aménagements au niveau des contrats avec les hôtels. Mais on a vu que l’UEJ coopérait avec nous, qu’elle était toujours là si on avait besoin de quelques chose et on a décidé d’y aller.» Maintenant, place au sport !Romain Haaslast_img read more

[Cyclo-cross] Mathieu van der Poel encore vainqueur à Loenhout de l’Azencross

first_imgAu lendemain de son succès à Zolder en Coupe du monde, le champion du monde a remis le couvert vendredi à Loenhout, dans la 6e manche du DVV Trofee, dénommée l’Azencross (cross des as).Mathieu van der Poel a signé son 26e succès de la saison hivernale, son troisième consécutif à Loenhout.C’est peu après la mi-course que le Néerlandais a remis la main sur le petit coureur belge Eli Iserbyt, parti en éclaireur avec un autre Néerlandais, Corné Van Kessel.Finalement, comme souvent, le suspense n’a pas plané longtemps, Mathieu van der Poel étant comme toujours un ton au dessus.On a également assisté à Loenhout, au retour à la compétition de l’ancien champion du monde, Wout van Aert. Le coureur de Jumbo-Visma s’est classé cinquième, juste derrière son compatriote belge Tim Merlier. Wout van Aert (25 ans) n’était plus apparu en compétition depuis sa chute survenue sur le dernier Tour de France, lors du contre-la-montre de Pau.Seule luxembourgeoise au départ, Maïté Barthels a pris la 62e place de l’épreuve dames remportée par la Néerlandaise Ceylin Alvarado. La championne du monde Sanne Cant est montée sur la deuxième marche du podium devant la Néerlandaise Annemarie Worst. Partagerlast_img read more

[Volley-Ball] : Le Luxembourg fait coup double

first_img Partager Gilles Tarral La Novotel Cup a vu l’entrée en fanfare ce vendredi, à la Coque, de l’équipe nationale messieurs et dames, vainqueurs respectifs de l’Écosse (3-0) et de l’Angleterre (3-0).Pour leur entrée dans la Novotel Cup, les volleyeuses luxembourgeoises n’ont pas trébuché face à l’Angleterre. Les filles de Herman Vleminckx-Huybens n’ont pas tremblé et ont maîtrisé la partie pratiquement de bout en bout pour s’imposer au final 3 sets à 0.Elles semblent bien parties pour jouer la victoire finale contre leurs éternelles rivales islandaises. Malgré tout, le premier set fut disputé. Les joueuses grand-ducales mettant un certain temps à trouver la bonne carburation. «Elles ont eu un peu de chance au service, ce qui leur a permis de garder le contact au score durant la première manche», explique Herman Vleminckx-Huybens. Finalement, c’est sur le score de 27 à 25 que ses joueuses empochent la mise.Ensuite, les barbelés plantés par le bloc des Luxembourgeoises ont fait leur effet limitant les attaques anglaises. Les services puissants et rasants de Braas et Frisch ont sonné la révolte des locales qui ont alors asséné un cinglant 7-0 à leur adversaire pour finir sur un service gagnant de Cubonova (25-14). L’occasion pour l’entraîneur national de pointer du doigt les progrès accomplis dans ce secteur de jeu : «Le service, c’est un domaine que l’on travaille énormément. On a mis en place plusieurs combinaisons travaillées à l’entraînement, ce qui a compliqué la tâche de notre adversaire pour lire notre jeu.»La puissance de Zuidberg et GajinDans les deux sets suivants, les coéquipières d’Isabelle Frisch, grâce à beaucoup de discipline dans le jeu, n’ont plus lâché beaucoup de points aux Britanniques finissant en roue libre. Avec un dernier service de Wagner en guise de mise au point (25-18).Un peu plus tard dans la soirée, c’était au tour des hommes d’effectuer leurs premiers pas dans la compétition. Une première pour les coéquipiers de Chris Zuidberg sous l’ère Pompiliu Dascalu. Avec les absences de Van Landeghem (blessé), Rychlicki (retenu par son club de Civitanova), Braas et Laevaert (raisons personnelles), l’effectif du nouvel entraîneur national pouvait paraître moins rutilant qu’à l’accoutumée. Malgré tout, la sérénité a régné dans le camp luxembourgeois tout au long de la première manche (25-16). De quoi placer la sélection nationale dans les meilleures configurations.Mais Collin et ses copains vont empêcher les gars de Dascalu de finir le travail de façon aussi rapide dans le set suivant. Noël était fini et le temps des cadeaux écossais aussi. Le combat devenait indécis (25-25). Au petit jeu des égalisations, ce sont finalement les locaux qui reprenaient définitivement la main à 29-27.Si les Écossais avaient pu rêver l’espace d’un set revenir à hauteur de leur adversaire, ils perdaient leurs dernières illusions dès les premiers échanges du troisième set. Cela dégainait fort sur les postes 4 et la force de frappe de Zuidberg et Gajin faisait des dégâts (5-1, puis 16-10). Cette fois, les joueurs de Jack Alastair avaient un temps de retard à l’allumage sur chaque attaque locale. Les Luxembourgeois avaient repris leur marche en avant (25-16).last_img read more

[Cyclo-cross] Pour Scott Thiltges, «c’est important de voir où on en est»

first_imgScott Thiltges n’a encore jamais été prophète en son pays. Mais dimanche il aimerait forcément changer la donne à six jours du championnat national. Leader de la Skoda Cross Cup, il  a souvent terminé à la 2e place sur le circuit de Hesperange. Cette édition 2020 sera-t-elle la bonne?Comment avez-vous passé cette période des fêtes où vous n’avez pas couru depuis le cyclo-cross de Mondorf?Scott Thiltges : Je me sens bien, je me suis bien entraîné et bien reposé. J’ai tout fait pour avoir la meilleure forme possible. On va voir ce que ça donne, j’ai envie de courir.Cette approche du championnat national est-elle nouvelle pour vous?Oui, je me suis senti un peu fatigué et je me suis dit qu’au lieu d’enchaîner la manche de Coupe du monde de Zolder et le cross du 1er janvier à Pétange, ce serait mieux pour moi de récupérer.Dimanche, l’épreuve de Hesperange se déroule sur votre circuit fétiche où vous vous entraînez. L’envie de s’y imposer enfin est double?Je n’ai jamais gagné sur ce circuit. Ce serait joli de remporter le cross de mon club. Mais il faut voir comment les autres se trouvent. Il y aura des coureurs français et belges, les coureurs luxembourgeois comme Lex (Reichling) qui est en grande forme, et Vincent (Dias dos Santos) que je vois bien revenir en forme.À choisir, qu’est-ce qui est le plus important pour vous : assurer le classement final de la Skoda Cross Cup dont vous êtes leader ou alors remporter le 11 janvier prochain un deuxième titre national?D’abord, je vais essayer de prendre le plus de points possible dimanche pour la Skoda Cross Cup. Puis viendra le moment du championnat, une course à part. Et enfin, je finirai avec l’épreuve internationale de Leudelange (NDLR : le 19 janvier) qui comptera double. Je vais prendre ces échéances les unes après les autres.Êtes-vous satisfait de votre forme?Oui, j’ai remporté quatre épreuves cette saison, ce qui ne m’était pas encore arrivé les saisons précédentes puisque-là, je n’avais remporté que deux courses (dont le championnat national 2017). Donc je suis très content de ce que j’ai fait ces derniers mois et de mes progrès. On va voir ceux qui auront fait des progrès et des coureurs qui seront un peu en forme. C’est un cross qui montre la tendanceJamais vous n’aviez été aussi fort?Non, il s’agit de ma meilleure saison.Comment analysez-vous vos points forts?Je dirais que j’ai progressé au niveau physique, de la force. Et comme cette saison, les terrains étaient plutôt gras, alors cela m’a servi. J’ai, je pense, un bon bagage technique.Le match avec Lex Reichling est assez passionnant à suivre à l’image de l’épreuve de Warken (que Scott Thiltges a d’ailleurs remportée). On sait que vous avez beaucoup de respect l’un pour l’autre. Ce match vous plaît?Je suis toujours content lorsque le public voit des belles courses et assiste à de belles bagarres. Parfois, c’est moi qui suis un peu plus fort. Parfois, c’est lui. C’est assez passionnant et comme cela reste fair-play, c’est plaisant.Le championnat national va arriver rapidement, six jours après cette ultime répétition à Alzingen. S’agit-il pour vous d’une bonne occasion pour observer vos rivaux?C’est en effet le dernier test avant le championnat. On va voir ceux qui auront fait des progrès et des coureurs qui seront un peu en forme. C’est un cross qui montre la tendance. C’est important de voir où on en est. Cela permet d’établir un plan de bataille jusqu’au championnat, soit s’entraîner un peu plus, soit au contraire, en faire un peu moins. tweet Entretien : Denis BastienLe programme :Dimanche au Holleschbierg :13 h : juniors13 h 01 : masters14 h 15 : débutants14 h 16 : dames15 h 15 : élite et espoirsL’an passé  1. Vincent Dias dos Santos (LC Tétange) 51’13”; 2. Loïc Hennaux (Bel) à 18″; 3. Scott Thiltges (LG Alzingen) 29″; 4. Massimo Morabito (UC Dippach) mt; 5. Felix Schreiber (VV Tooltime) 30″…Skoda Cross Cup (après 7 manches) :Élite/espoirs : 1. Scott Thiltges 614, 2. Lex Reichling 586, 3. Raphaël Kockelmann 503 (1er espoir)…Dames : 1. Marie Schreiber 695, 2. Elise Maes 618, 3. Lis Nothum 487…Juniors : 1. Mats Wenzel 657, 2. Geoffrey Rausch 557, 3. Noé Ury 553…Débutants : 1. Mathieu Kockelmann 600, 2. Noa berton 535, 3. Max Majeres 453…Débutantes : 1. Liv Wenzel 580, 2. Layla Barthels 503, 3. Margot Marasco 480…Masters : 1. Mario Matijevic 513, 2. Tom Flammang 511, 3. Christian Weyland 510…center_img Partagerlast_img read more

[Cyclisme] Les frères Wirtgen ont un joli programme

first_imgTom Wirtgen dispose d’un solide programme devant l’emmener à participer pour la première fois au Tour des Flandres puis à Paris-Roubaix. Son jeune frère Luc devrait découvrir la Flèche Wallonne.«C’est un bon programme pour moi…» Tom Wirtgen a apprécié de constater que les vœux qu’il avait formulés ont été suivis par ses dirigeants de Bingoal-Wallonie-Bruxelles, lesquels apprécient les qualités du rouleur luxembourgeois. Comme ils apprécieront sans doute les qualités de grimpeur de Luc, le petit frère.Pour résumer, si les frères Wirtgen débuteront ensemble sur l’Étoile de Bessèges, leurs routes ne se croiseront pas si souvent et c’est bien normal même si, en juillet, ils auront tous les deux le Tour d’Autriche à leur programme. «Ce programme peut d’ailleurs changer en cours de saison», précise Luc, le plus jeune, tout heureux d’avoir constaté que la Flèche Wallonne serait à son menu en avril. Très, très bien assurément pour une première année à ce niveau.Tom se remet d’une lourde chute!Mais c’est bien sûr le solide programme flandrien de Tom Wirtgen qui retient l’attention. Comme l’an passé, après le Het Nieuwsblad, il enchaînera Grand Prix E3 et Gand-Wevelgem. Mais, cerise sur le gâteau, il sera appelé à prendre part à son premier Tour des Flandres et sans doute, une semaine plus tard, à son premier Paris-Roubaix. Soit deux monuments en une semaine!«Je suis très content de ce programme prévisionnel. J’avais demandé à participer à ces grandes courses et si tout va bien pour moi, je vais les disputer», explique Tom qui s’est fait des frayeurs récemment à l’entraînement.«Le 30 décembre, alors que je m’entraînais dans la Drôme, au cours d’un stage personnel, j’ai chuté lourdement et je me suis ouvert la hanche. Pendant cinq jours, je n’ai pas pu rouler mais depuis deux, trois jours, je peux à nouveau m’entraîner», précise-t-il.Du 16 au 24 janvier, les deux frères Wirtgen se retrouveront à Calpe avec leur équipe Bingoal-Wallonie-Bruxelles.Le programme de Tom Wirtgen :Étoile de Bessèges (5 -9 février)Tour du Haut-Var (20-23 février)Het Nieuwsblad (29 février)GP Samyn (3 mars)GP Lillers (8 mars)Paris-Troyes (15 mars)GP de Denain (19 mars)GP E3 (27 mars)Gand-Wevelgem (29 mars)Tour des Flandres (5 avril)Paris-Roubaix (12 avril)Tour du Finistère (18 avril)Tro Bro Leon (19 avril)4 Jours de Dunkerque (5-10 mai)Tour de l’Ain (21-23 mai)Boucles de la Mayenne (28-31 mai)Heist Pijl (6 juin)Tour de Belgique (10-14 juin)Championnats nationaux (18 et 21 juin)Tour d’Autriche (27 juin-3 juillet)Le programme de Luc Wirtgen :Étoile de Bessèges (5 -9 février)Tour du Haut-Var (20-23 février)GP Samyn (3 mars)GP Lillers (8 mars)Paris-Troyes (15 mars)Coppi Bartali (25-29 mars)Route Adélie (3 avril)Roue Tourangelle (5 avril)Tour du Finistère (18 avril)Tro Bro Leon (19 avril)Flèche Wallonne (22 avril)GP Frankfurt (1er mai)Rhones-Alpes-Isères-Tour (14-17 mai)Tour de Norvège (26-31 mai)Occitanie Tour (11-14 juin)Championnats nationaux (18 et 21 juin)Tour d’Autriche (27 juin-3 juillet). Partagerlast_img read more

[Cyclo-cross] Vous prendrez bien un bain de boue?

first_imgLe tenant du titre, Vincent Dias dos Santos vise clairement la sauvegarde de son titre (Photo Luis Mangorrinha).Surprise possible?Pour le reste, dans un championnat où la technique pure devrait, vu l’état du parcours, être reléguée au deuxième plan, c’est l’aspect physique qui redeviendra prédominant. À voir quand même. Si c’est avéré, il sera passionnant de suivre le match à trois entre Lex Reichling, Scott Thiltges, titré en 2017, et Vincent Dias dos Santos, qui remet justement son bien en jeu et promet «de tout arracher», car, dit-il, «au terme d’une saison mitigée, seul le titre m’importe, pas une médaille en chocolat…»Le décor est planté. Le champion en titre ne s’embarrasse jamais de périphrases. C’est aussi bien. Bagarre il y aura, autant ne pas se voiler la face. Les trois grands favoris ayant peu ou prou le même âge, schématisons, le même pedigree, ils sont d’une courtoisie remarquable les uns envers les autres. Sur le terrain, c’est évidemment chacun pour sa pomme. Lex Reichling a remporté quatre succès. Vincent Dias dos Santos, trois.Enfin, Scott Thiltges est reparti quatre fois avec le bouquet cette saison et rappelons-nous de son succès arraché de haute lutte après un duel homérique avec Lex Reichling dans le bourbier de Warken. Mais surtout il a été le plus régulier, quelles que soient les conditions. D’ailleurs, il n’est pas leader de la Skoda Cross Cup pour rien. «J’essaie de rester calme mais beaucoup de monde parle du championnat, rappelle-t-il. Pour l’emporter, il me faudra une bonne journée. Le championnat, ça reste une course particulière…»Une course sacrément particulière même. Avec ses rituels, ses coquetteries. Celle de voir Gusty Bausch, à près de 40 ans, continuer à faire planer la menace. L’an passé encore, il a pris un plaisir inouï à prendre la deuxième place derrière Vincent Dias dos Santos. Certes sa saison a été fortement contrariée par une chute à l’entraînement, puis la semaine dernière, c’est une gastroentérite qui s’est chargée de mettre son moral à terre. On rappellera quand même qu’il s’est infligé, mine de rien, deux stages d’une semaine à Tenerife. Le mystère plane, ses adversaires ont tout lieu de se méfier. D’autant plus sur un terrain ravagé, retourné, désolé. L’heure de course risque d’être longue à tenir pour beaucoup.Des espoirs motivésEt cela vaut bien sûr pour les espoirs qui partagent comme chaque année la course avec leurs aînés. Raphaël Kockelmann a été le plus régulier. Il boucle une saison remarquable. Et mérite d’être couronné, pour la première fois de sa carrière. «Dans ces conditions, il faudra beaucoup de puissance pour émerger», édicte le coureur du Team Vorarlberg. Il n’en manque pas. Son rival le plus sérieux a pour nom Loïc Bettendorff. «Courir longtemps à pied, ça ne me dérange pas», tranche le jeune homme de la garde Leopard. Tout le monde est bien prévenu, le chantier sera très glissant… Partager Christine Majerus ne devrait pas être inquiété pour rafler un onzième titre consécutif.Majerus file vers une onzième titreChez les dames, Christine Majerus vise un onzième titre, ce qui serait logique. Mais l’occasion sera belle de voir où en est la relève. Une simple formalité, le championnat national, pour Christine Majerus? Encore lui faudra-t-il se tenir éloignée de toute déconvenue sur le plan matériel, éviter tout dérapage intempestif. Mais oui, ce n’est pas vraiment un mystère : Christine Majerus est la grande favorite de l’épreuves dames. Elle est en route pour son onzième titre consécutif. Mais on regardera de près la course de ses poursuivantes.On l’a vue toute la saison aux avant-postes des épreuves locales, c’est évidemment de Marie Schreiber dont il s’agit. Elle est épatante pour son jeune âge (16 ans). Dans le concert internationale de sa catégorie, chez les juniors, elle évolue dans le top 10 mondial. Mais on remarque que les meilleures juniors figurent déjà pour leur part dans le gratin de l’élite…Marie Schreiber dispose donc d’une bonne marge de progression, d’un caractère bien trempé. Il faut désormais qu’elle continue à s’améliorer.Mais un rendez-vous comme ces championnats nationaux est une bonne occasion pour elle de se mesurer à une championne chevronnée comme Christine Majerus. Par ailleurs, Elise Maes, Laetitia Maus, Maïté Barthels et Nina Berton entendent bien se montrer à la hauteur. Entre autres!Denis BastienLe programme (samedi à Mersch) :12 h : masters12 h 03 : débutants13 h : juniors14 h : dames15 h 15 : élite et espoirs Le circuit, très physique de Mersch, va se transformer en bourbier, ce samedi. L’avantage ira donc aux hommes forts!C’est une chose pliée. Réglée. Comme on peut le voir ici. D’épais sillons boueux se sont creusés au fil des jours et, depuis vendredi, c’est un véritable bourbier, «un chantier» comme le supposait si bien Vincent Dias dos Santos, le tenant du titre. Le circuit de Mersch sera on ne peut plus gras. «J’imagine bien qu’on devra courir à pied sur au moins la moitié du tracé dans la prairie», s’est écrié Sören Nissen après sa reconnaissance. Le champion national version 2018, juste de retour de Perth où il passé deux semaines à s’entraîner dans un endroit épargné par les incendies qui ravagent l’Australie, sera un outsider de choix.Les conditions climatiques qui ont largement influé sur la nature du terrain, jusqu’à le transformer littéralement, pourraient justement permettre à un vainqueur-surprise d’émerger. C’est ainsi que le marathonien du VTT s’était imposé voici deux ans à Kayl… sur un terrain très boueux!«Je n’y pense pas, sincèrement. J’ai axé tout mon entraînement sur le VTT, je me vois davantage terminer dans le top 5. Vu le parcours, mon favori, ce sera Lex Reichling», décline Sören Nissen.Au moment des derniers pronostics, c’est en effet celui qui n’a pour l’heure jamais encore eu l’honneur d’endosser le tricot de champion qui se détache. On n’oubliera pas que Lex Reichling a fait forte impression en s’imposant cette saison sur des terrains rendus difficiles par la boue, que ce soit à Mamer ou à Mondorf. Lex Reichling est dans sa bulle depuis le début de la semaine, prêt, semble-t-il, à sortir le grand jeu, à se transcender. «J’espère que le plus fort l’emportera. J’y pense depuis longtemps. J’ai réalisé des grands progrès cette saison, mais il faut encore que je connaisse un jour parfait. Jusqu’ici, je n’ai jamais eu de chance dans ce rendez-vous. Un scénario idéal? Il faudrait d’abord que je ne connaisse pas de problème matériel», rappelle-t-il comme une évidence. tweetlast_img read more

[Athlétisme] La «Vaporfly» va-t-elle être interdite ?

first_img Partager Suite à l’apparition de nouveaux prototypes de chaussures, World Athletics travaille à une nouvelle réglementation. Celle-ci devrait conduire à l’interdiction de ces modèles. Comme la «Vaporfly» de Nike avec laquelle le Kenyan Eliud Kipchoge était passé sous la barre des 2 h au marathon (1 h 59’40”).Le panel d’experts mis en place par la Fédération internationale d’athlétisme pour se pencher sur le cas des chaussures «Vaporfly» de Nike, qui ont permis de battre plusieurs records ces derniers mois, devrait rendre ses recommandations d’ici fin janvier, a-t-on appris jeudi auprès de l’instance. «Le panel (Ndlr : composé d’officiels, d’athlètes, de médecins, de scientifiques et d’experts juridiques) est encore en cours de délibération mais nous espérons être en mesure de faire une annonce d’ici la fin du mois», a déclaré  une porte-parole de World Athletics, précisant que tout changement de règlement devait être ensuite approuvé par le Conseil de la Fédération internationale.Des rumeurs sur une possible future interdiction en compétition de ces modèles ont fait bondir de 2,52 % ce jeudi l’action d’Asics, concurrent nippon de Nike sur le marché du running, à la Bourse de Tokyo. Le titre Adidas a en revanche peu bougé à la Bourse de Francfort (+0,22 %).Le débat sur les nouvelles chaussures fait rage depuis l’apparition sur le marché de la «Vaporfly» de Nike, avec une lame de carbone dans la semelle et des coussins d’air. Plusieurs athlètes, chaussés de ces modèles de l’équipementier américain, ont établi ces dernières semaines des records ou des performances marquantes.Kipchoge fait le parallèle avec la Formule 1Le 12 octobre, le Kenyan Eliud Kipchoge, recordman du monde du marathon, a bouclé les 42,195 km en 1 h 59’40” grâce à un nouveau prototype de «Vaporfly» (trois lames de carbone dans la semelle et quatre coussins d’air), brisant la barre symbolique des deux heures sur la distance reine du fond, dans une course non homologuée où tout avait été mis en place pour la performance.Le lendemain de cet exploit, sa compatriote Brigid Kosgei a battu le record du monde du marathon de Paula Radcliffe (2 h 14’04”) avec les mêmes baskets aux pieds, dans leur version commercialisée depuis 2017 (une seule lame de carbone dans la semelle).Interrogé par le Telegraph, Eliud Kipchoge s’est opposé à un changement de réglementation concernant ces chaussures. «La technologie se développe et nous ne pouvons pas le nier, nous devons aller de pair avec la technologie, a-t-il expliqué. En Formule 1, Pirelli délivre les pneus à toutes les voitures mais Mercedes est la meilleure. C’est la personne qui court, pas la chaussure. C’est la personne qui conduit, pas celle qui fabrique les pneus.»last_img read more