[Tennis] L’Open d’Australie est-il menacé par les incendies monstres ?

first_imgLa Slovène Dalila Jakupovic a dû abandonner mardi au premier tour des qualifications, souffrant de quintes de toux sur le court.«J’ai vraiment eu peur de m’évanouir (…) Ce n’est pas sain pour nous» de jouer dans ces conditions, a déclaré la 180e joueuse mondiale.Le directeur de l’Open d’Australie, Craig Tiley, a jusqu’aujourd’hui toujours répété qu’il s’attendait à ce que le tournoi se déroule comme prévu. La situation peut-elle empirer ?Les feux à l’est de Melbourne risquent de brûler tout au long du tournoi en dégageant toujours plus d’épaisses fumées. «Tout va dépendre des vents, a déclaré Christine Jenkins, professeur en médecine respiratoire à l’Université de Nouvelle-Galles du sud à Sydney. Allons-nous avoir de nouvelles périodes de forte pollution ? La question reste ouverte».Mardi, les contrôleurs de la qualité de l’air ont enregistré une pollution 20 fois supérieure aux niveaux de sécurité dans certaines parties de Melbourne. Mandy Minella a de son côté posté sur twitter les résultats d’une application mesurant la qualité de l’air mais aussi une photo de Melbourne vue depuis sa chambre d’hôtel.Shocked to see that qualifying matches have started @AustralianOpenWhat about the health of all the people that have to work out there, especially the ballkids? #wherearethelimits? pic.twitter.com/2oldEptT2g— mandy minella (@mandyminella) January 14, 2020 Quels sont les risques pour la santé ?La pollution «augmente les risques de symptômes respiratoires mais aussi de problèmes cardiovasculaires, d’irritations oculaires et de troubles mentaux», a prévenu le professeur Yuming Guo, chef du service de recherches sur le climat et la qualité de l’air à l’université Monash de Melbourne. «Cela peut avoir une influence sur la performance des joueurs».«Une bonne hydratation permet d’éviter un dessèchement des membranes respiratoires et de ralentir des irritations», rappelle aussi le professeur Jenkins. Ce genre de réaction suscite le sarcasme de Gilles Simon sur Twitter.Quand on trouve des médecins qui affirment que jouer par 45 degrés n’est pas dangereux à l’AO et des juges arbitres qui affirment que l’herbe mouillée n’est pas glissante à Wimbledon, on doit bien pouvoir trouver un expert qui certifie que la qualité de l’air est suffisante non ?— Gilles SIMON (@GillesSimon84) January 14, 2020  Comment les joueurs sont-ils protégés ?Des experts en météorologie et en qualité de l’air seront sur place au Melbourne Park pour surveiller la pollution. A la moindre alerte sera mis en application le même système que pour les très fortes chaleurs, avec la suspension immédiate des matchs.En outre, le complexe où se déroule l’Open d’Australie dispose de trois courts dotés d’un toit rétractable ainsi que de huit courts en indoor qui seraient de fait moins touchés par une pollution atmosphérique.L’Open d’Australie risque-t-il d’être annulé ?Très peu probable. Même si la pollution de l’air augmente fortement, les organisateurs auront du mal à se résoudre à annuler l’un des principaux événements sportifs de l’année en Australie, un des quatre tournois majeurs de la saison avec l’US Open, Roland Garros et Wimbledon.S’ils devaient néanmoins s’y résoudre, il n’y aurait pas de problème financier, le tournoi étant protégé par des compagnies d’assurance, selon la presse australienne.Le professeur Guo estime cependant que les organisateurs devraient prendre la décision «de reporter ou d’annuler le tournoi si la pollution de l’air reste élevée».«Les gens qui jouent ou qui s’entraînent sont plus affectés que les autres par la pollution de l’air parce qu’ils inhalent profondément et forcent ainsi l’air à entrer au plus profond de leur système respiratoire où les pollutions s’accumulent et demeurent plus longtemps», a-t-il expliqué. D’autres événements ont-ils été impactés ?Le mois dernier, la pollution de l’air a empêché la tenue de deux compétitions sportives, également par manque de visibilité: une course à la voile dans la baie de Sydney et un match de cricket à Canberra.En novembre, le Rallye d’Australie, dernière étape du Championnat du Monde des Rallyes de la FIA, a été annulé. Lors de l’Open de golf d’Australie à Sydney le mois dernier, les joueurs se sont plaints d’avoir les yeux qui piquent et le champion 2015 Matt Jones a déclaré que les conditions étaient parmi les pires qu’il ait jamais rencontrées.Mais la plupart des rencontres sportives ont eu lieu. L’Australie a joué des matchs de cricket contre la Nouvelle-Zélande à Melbourne et à Sydney. Et durant 10 jours s’est tenu l’ATP Cup à Sydney, Brisbane et Perth sans problèmes sérieux.Et cette semaine, en cyclisme, Le Tour Down Under féminin va débuter (16-19 janvier) avant que les hommes ne prennent le relais la semaine suivante (21-26 janvier). Ces épreuves étant disputées autour d’Adélaïde, elles ne seraient pas impactées. D’ailleurs, sur place depuis une quinzaine de jours (le Luxembourgeois Ben Gastauer les a rejoint depuis samedi), le Français Romain  Bardet et ses deux coéquipiers, Clément Chevrier et Axel Domont, n’ont pas été vraiment gênés par les incendies et la fumée dégagée par les gigantesques brasiers: «Les conséquences des incendies sont très modérées par rapport à d’autres territoires notamment à l’est. Les feux ont été complètement maîtrisés. Il n’y a aucune contre-indication dans la région où l’on roule, contrairement à ce qui a pu se passer à Sydney ou à Melbourne.» L’Open d’Australie, un des quatre tournois du grand chelem, est censé débuter lundi à Melbourne en pleine crise des feux de forêts en Australie qui ont provoqué la mort d’au moins 27 personnes et un milliard d’animaux. La pollution atmosphérique toxique a assombri la ville mardi, interrompant les séances d’entraînement et retardant légèrement les qualifications. Quels dangers planent sur le tournoi et la santé des joueurs ? Quels sont les dangers ?La pollution de l’air est la principale menace pesant sur le premier tournoi majeur de la saison. La fumée dégagée par les incendies monstres, couplée aux très fortes températures de l’été australien, pourraient avoir un impact sur la santé des joueurs et des spectateurs.Les autorités de Melbourne ont qualifié le niveau de pollution de l’air de “dangereux” et ont demandé aux habitants de rester cloitrés chez eux, vitres fermées, avec leurs animaux domestiques.center_img Partagerlast_img read more

“Think critically of use of oil revenues”– US envoy admonishes

first_imgOil and gas conference… Guyana at crossroads of transformationThe United States Government is encouraging Guyana to give careful consideration to the ways it will invest the revenues that will develop from its promising oil and gas sector.Natural Resources Minister Raphael TrotmanThe admonition was given by Deputy Chief of Mission of the US Embassy, Terry Steers-Gonzalez on Sunday evening, as he addressed stakeholders and other participants during the opening of the first oil and gas conference hosted by the Guyana Oil and Gas Association (GOGA). The event was held at the Marriott International hotel, Georgetown.Steers-Gonzalez was exploring the very prospect of the Liza oil find in Guyana’s waters and what the revenues garnered could do for the country’s economy and its citizens.“The confirmed reserves guarantee the revenue to allow it to develop industries and infrastructure and to create a broad-based economy with true value added, which means jobs and prosperity, if done right,” Steers-Gonzalez said.The US diplomat said the revenue would also mean that Guyana would have enough money to allow it to fund activities that would see it becoming even greener than it already was. He said it would also be critical to think strategically now of ways to invest the revenues that would develop diverse industries, physical infrastructure, citizen security, quality education and health services. According to him, these are areas that will create significant job numbers. He said recent estimates confirmed that offshore oil deposits may be as large as 1.6 billion recoverable barrels of oil, with additional resources yet to be quantified. Estimates, he said continue, to change; each time growing larger and with the growth of the numbers, so do the expectations of citizens here. According to him, legislation and regulations that protect Guyana’s interest and promote transparent resource management at all levels are key components to success.“The list of important legislations is vast and spans across the spectrum from a petroleum act to regulation to a Sovereign Wealth Fund (SWF), licences and fees for the new industry and occupational health and safety standards,” the envoy said, noting that not just the Government but the people have an opportunity to define the future, which starts with a carefully calculated plan of action formed from the collaboration of all stakeholders that targets job creation, investment and long-term revenue management. Speaking on the economic prospects of the sector, the diplomat noted that overall Guyana’s economy has been doing well and was projected to continue along this path.“The view from the United States from this exciting industry for Guyana is that the Private Sector will play an integral role in sharing the responsibility of shaping the future of the company as the country continues to develop new industries and the regulatory structures that will govern them, (and) the role of citizens and stakeholders will grow in scope and importance.”He said Guyana was at the crossroads of a transformation.Meanwhile, addressing the forum, Natural Resources Minister Raphael Trotman said Government dubbed 2016 as “the year for preparation” and 2017 “the year of implementation”.He said experts were retained and were currently assessing ExxonMobil’s and other operators’ applications for production and exploration licences.“Further, we are considering a proposal from one of the world’s leading offshore supply companies to establish a world-class base at Crab Island, Berbice, and are examining the possibility of utilising some of the available natural gas from the Liza field for energy generation as we transition to renewables.”Government is also addressing the viability of a refinery or refineries in Guyana.The conference, held under the theme, “The initiation of transformative industry, sought to improve knowledge and understanding of the opportunities that the oil and gas sector holds for Guyana’s economy.last_img read more

Slo-Pitch poker tournament brings in nearly $800 for wildfire evacuees

first_imgFORT ST. JOHN, B.C. — It was an exciting weekend at Surerus Fields for the Fort St. John Slo-Pitch Poker tournament.After five games for each of the teams in competition, it was the Sons of Pitches that ended up winning the tournament. The Sons brought a four of-a-kind comprised of four aces to the poker table to determine the winning team. Both the Brass Apple Bombers and the 50 Percenters each ended up with a flush to take second place. Koke Pirates placed 4th with a straight, FAIT ended the tourney with a three of-a-kind, Nads only had a pair in their hand, and the Brew Crew got the worst hand.In the home run derby, both winners donated their winnings back to organizers, who were raising money for the Canadian Red Cross BC Wildfire fund. Slo-Pitch League secretary Becky Pruden says that in total, $780 dollars was raised over the weekend.- Advertisement –last_img read more